Suivant | Précédent ]

Re: Sélection des patients:  deux préoccupations?

De: Nancy Julien
Date: 2/28/00

Question 1: Je n'ai personnellement pas d'expérience d'intervention clinique, mais à la lumière des lectures effectuées et des discussions en classe, il semble qu'il vaille mieux constituer un groupe hétérogène. Intuitivement, on pourrait penser qu'un groupe homogène faciliterait la vie des animateurs. Par contre, puisque ces derniers sont en apprentissage, ils ont avantage à être exposés à diverses pathologies afin d'élaborer différentes stratégies pendant qu'ils sont supervisés. Pour les patients, même si leurs pathologies diffèrent, ils souffrent cependant tous d'une lombalgie douloureuse. Cette homogénéité sous-jacente est certainement suffisante pour "favoriser les interactions". Le fait qu'ils aient des cartes de douleur différentes leur donne le sentiment d'être uniques et renforce l'idée qu'ils peuvent (ou doivent) devenir maître de leur douleur. Finalement, l'école interactionnelle du dos n'a-t-elle pas prouvé qu'un mélange d'hétérogénéité (psychologie, psychomotricité, orthopédie, neurophysiologie) et d'homogénéité (soulager les lombalgiques chroniques) est une combinaison gagnante! Question 2: Si le patient a déjà eu une bonne évaluation médicale, qu'il n'y a pas de contre-indication à participer à l'école (douleurs dues à une maladie systémique, neurologique, etc.), et que ses douleurs sont chroniques, pourquoi perdre de l'argent à faire ou à refaire des examens et surtout pourquoi perdre du temps que le lombalgique pourrait utiliser à devenir expert de sa douleur?