Suivant | Précédent ]

Re: Sélection des patients:  deux préoccupations?

De: Pierre Arsenault
Date: 3/1/00

La sélection de groupes hétérogènes est à mon avis préférable. Cette hétérogénéité doit cependant être définie.Elle doit à mon avis inclure un groupe de patients qui ont au moins en commun une même problématique apparentée (exemple: la lombalgie chronique).Il m'apparaitrait difficile d'animer un groupe et de stimuler des échanges (voire des influences) entre des individus dont les mécanismes douloureux sont manifestement différents.Même si le fibromyalgique (carte musculaire) bénéficierait de l'école interractionnelle ne serait-ce que des points de vue cognitif et psycho-moteur, ou même affectif ("d'une sympathie à la souffrance" avec les autres), il se sentirait quelque peu isolé sur le plan relationnel s'il ne retrouve pas un ou plusieurs autres fibromyalgiques au sein du groupe. Il ne faut pas créer des groupes ni trop, ni pas assez hétérogènes!

En ce qui a trait à la deuxième question, je ne croit pas indiqué de poursuivre exhaustivement l'investigation si, selon les règles de l'art,toute pathologie médicale non "adressable" à l'école de dos a été préalablement éliminée. Mais éliminée comment me direz-vous? Par un bilan radiologique exhaustif qui incluerait: investigations sanguines détaillées, scan, RMN,scintigraphie osseuse,EMG et quoi encore?

Il faut ici malheureusement ou heureusement admettre "une zone grise" qui tient compte du milieu de pratique (USA? Canada? atres?),de la science et de l'art du diagnostic et de contraintes extérieures dont les fondements sont des choix de société.

Mais laissons la philosophie de côté et répondons plus directement à la question.Je crois qu'il faut accepter que nous pouvons en de rares circonstances, à notre insu,inclure des patients avec carte qui s'avèrera ultérieurement médicale. L'exemple sera celui d'une métastase osseuse trop jeune au moment de la sélection pour être détectée par les moyens diagnostiques modernes et peut être même qui n'aura jamais été anticipée!

Je conserve donc la position "d'équilibre". Chercher à éliminer toute pathologie médicale est essentielle mais il ne faut pas verser dans l'archarnement "diagnostique". Il faut rester vigilant au moindre signe suggérant une impression diagnostique nouvelle, différente.

Je vois déjà venir la prochaine question! Si j'ai un doute concernant la possibilité d'une pathologie médicale chez madame Georgette (exemple:métastase), et que madame est à la "x" ìeme rencontre de l"école, pendant la période d'incertitude (et sans doute d'investigation), dois-je la maintenir ou la retirer du groupe?