Suivant | Précédent ]

Re: Sélection des patients:  deux préoccupations?

De: Marie-Claude Gagné
Date: 3/2/00

Je crois que les deux alternatives se prètent assez bien pour les écoles de dos. D'une part, avec un groupe homogène les clients peuvent davantage se sentir compris par le groupe puis échanger sur des problématiques retrouvées chez l'ensemble des participants. Ils pourront également être davantage sensibilisés par des actions posés par un individu vivant sensiblement les mêmes difficultés et reproduire les mêmes actions en observant les effets bénéfiques chez son voisin. Pour les cliniciens on retrouve alors de très bons moyens de maximiser leur pouvoir d'influence.

D'une autre part, en ayant un groupe hétérogène, on peut plus facilement recadrer un patient qui croit à tort avoir certains déficits, par exemple que ses douleurs sont dues à un déséquilibre lombaire alors qu'elles sont plutôt dues à un trouble musculaire. Il est donc beaucoup plus aisé pour le patient de se recadrer lorsqu'il y a dans le groupe un client avec la problématique faussement perçue.

Dans un autre ordre d'idées, pour les cliniciens en apprentissage, il est davantage pertinent de former des groupes hétérogènes, ce qui va nous permettre de rencontrer plusieurs types de clientèle, augmenter nos connaissances avec celles-ci et varier les cartes de la douleur ainsi que diversifier les prescriptions et exercices recommandées selon les différents clients et pathologies. > >2- Pensez-vous qu'une évaluation médicale très poussée est >nécessaire avant d'inscrire un patient dans une école du dos >?

Une évaluation médicale très poussée n'est pas forcément nécessaire puisque de toute façon seulement de quinze à vingt pour cent des cas peuvent trouver une explication médicale aux douleurs lombaires. Il est toutefois important d'obtenir certains renseignements médicaux qui pourraient éliminer certaines pathologies qui sont non-recommandés pour l'école. Par exemple divers troubles neurologiques telle la sclérose latérale amyotrophique où l'école du dos n'est pas recommandée mais qui toutefois ne serait pas éliminée par notre évaluation initiale (bilans fonctionnel et interactionnel). Dans ce cas la participation à l'école pourrait même favoriser l'aggravation de la maladie par la prescription de certaines activités physiques.