Suivant | Précédent ]

Re: Conseils à un clinicien…

De: brigitte luzy

Commentaires

À mon avis, le contrat doit être en tête du clinicien dès l'évaluation initiale. Comme la question l'indique, ce contrat se négocie en groupe même s'il est individuel en terme d'objectifs et de changement minimal. Alors, il peut être utile de se servir d'un participant du groupe lors de notre intervention. Si par exemple, au moment de la rencontre initiale j'ai pu identifié la souplesse d'une personne quant à ses attentes de changement au niveau de la douleur,c'est sûr qu'en la faisant parler en premier dans le groupe, elle influence les autres participants.

Sinon, il s'agit de mener l'intervention avec prudence de manière à ce que l'influence inévitable des participants entre eux n'installe pas des attentes difficile à atteindre.

Je crois qu'il faut être bien claire à ce moment que chacun n'a pas le même point de départ. De plus, nous pouvons utiliser la marge de manoeuvre, nous permettant de laisser chacun réfléchir sur le réalisme de la demande.

Évidement,durant l'intervention, je vais remettre tout de suite en question, la personne qui exprime des attentes trop élevées. Je lui poserai la question suivante: Alors, si tu atteins un changement de 15% au lieu de 25%, tu vas considérer ta démarche à l'École du dos comme insatisfaisante par rapport aux efforts?

Dans tout les cas, cette question amène une remise en question et spontanément, j'ai entendu le participant dire que non,non, ça vaudrait la peine quand même. Donc, je saute sur cet exemple pour reprendre mon explication sur le changement minimal comme étant, le début, le déclic, quant à un indice de diminution de la douleur.C'est bien stimulant, c'est un défi qu'il est possible de relever en utilisant plusieurs tactiques thérapeutiques et à la limite, il peut être nécessaire de prendre une position d'expert.