Suivant | Précédent ]

Re: Éthique ou pas?

De: Isabelle Forget

Commentaires

Tout d'abord, voici ma vision des choses concernant le système: le professionnel recherche la reconnaissance de son employeur; l'employeur recherche l'argent; la CSST paye bien mais choisit ses clients; l'employeur veut faire parti des clients de la CSST; l'employeur prône donc d'être politically correct avec la CSST; le professionnel doit s'assurer de la satisfaction de la CSST (c'est une assurance salaire à long terme...); la CSST veut indemniser le moins possible et vise un retour au travail rapide, idéalement dans l'emploi pré-lésionnel du patient. Le professionnel a donc la lourde tâche de satisfaire aux exigences de son propre employeur, de son patient avec qui il développe une relation de confiance, de la CSST et ultimement de l'employeur du patient!!! Bienvenue dans le monde merveilleux de la CSST. La vrai question de la semaine ne serait-elle pas est-ce que le professionnel a de la place dans ses interventions pour son jugement clinique? Je crois que c'est notre devoir d'informer le patient des différentes étapes du labyrinthe de la CSST. Je considère que c'est également notre devoir d'informer le patient des conséquences de l'expertise médicale (qu'il aura dans les prochaines semaines) avant le début du traitement. Il appartient au patient de prendre une décision éclairée face à son investissement pour l'amélioration de sa condition physique avant ou après son expertise médicale. Un rapport d'évaluation des capacités fonctionnelles d'un patient réalisé par un ergothérapeute sert à supporter l'opinion d'un médecin qui réalise les expertises. Dans le cas où l'ergothérapeute a une opinion divergente du médecin, c'est le corps médical qui remporte le soutien de la CSST. C'est la société qui entretient cette valorisation du corps médical au détriment de l'efficience personnelle du patient. Dans le cas qui nous interesse présentement, je trouve très éthique de donner des moyens à un lombalgique de gérer sa douleur. Je trouve également très éthique d'expliquer à un lombalgique comment faire la preuve lors de son expertise médicale qu'il n'est plus en mesure de faire son travail pré-lésionnel et ce pour sa propre sécurité.