Suivant | Précédent ]

Re: Éthique ou pas?

De: Pierre Arsenault

Commentaires

De mon point de vue, il n'est pas éthique d'instruire un patient de cette façon. Même si le système n'est pas parfait, il ne faut pas encourager le vice.

Ce genre de question nait de la subjectivité! Subjectivité des évaluateurs pour des organismes comme la CSST et assurances diverses. Subjectivité de la douleur elle-même! Subjectivité d'un système bien souvent à "deux poids", "deux mesures"!

Nous ne serions pas à nous interroger de la sorte s'il existait une mesure précise, sensible et spécifique à la douleur, à l'invalidité qui en résulte parfois, et si nous vivions dans une société riche à souhait.

Je comprends très bien le patient qui craint d'être sous-évalué lors d'une expertise et qui recherche le plus haut pourcentage (plus $ par conséquent) lors de son expertise. Je peux aussi comprendre la difficulté que représente la gestion administrative d'un patient comme celui-là pour les organismes payeurs (notamment dans une période de restriction budgétaire). Je comprends moins bien l'attitude de certains évaluateurs-experts qui, en un temps record, décide de ce pourcentage bien que j'admet que ce n'est certe pas une tâche facile. Ceci n'est cependant pas une raison pour instruire mon patient à déjouer le "système". Une question de déontologie! Je ne crois pas qu'il faille négliger pour autant la question humanitaire et d'offrir tout l'aide nécessaire à ce patient.