Suivant | Précédent ]

Re: therapeutically correct

De: alfred homsy

Commentaires

Les etudes comparatives randomisées évaluant les avantages et les coûts respectifs des différentes méthodes thérapeutiques complémentaires ou alternatives : physio vs chiro vs informations à visée cognitive (Cherkin et al 1998), ou la revue systématique des etudes controlées randomisées en chiro (Koes BW et al 1996) ne semblent pas montrer d’avantages significatifs de la chiro (études souvent mal faites sur le plan méthodologique) ou d’une technique par rapport à l’autre. Pourtant ces techniques sont largement utilisées et les patients satisfaits à court terme, expliquant l’opinion de 50 experts cliniciens (Ernst E; Pittler MH; J Manipulative Physiol Ther 1999 Feb;22(2):87-90) à propos de ces alternatives thérapeutiques qui, je les cite dans leur conclusion : ‘’Experts' opinion is in favor of the effectiveness of osteopathy and chiropractic for acute uncomplicated low back pain. Acupuncture is judged to be of some value for chronic, uncomplicated low back pain. Homeopathy is perceived as ineffective for any type of low back pain. Insufficient experience with herbalism as a treatment for low back pain prevents firm conclusions.’’Quant au TENS les études tendent à démontrer que son effet dépasse le placebo dans les lombalgies subaiguës et dans certains cas de lombalgie chronique. Placebo. Le mot est lâché. Là serait la clef de la plupart des effets analgésiques observés. D’autant que son importance varie selon différents facteurs, où les expectatives d’amélioration l’emporteraient sur le désir de guérir ou le traitement de l’anxiété (Price et al 1999). L’amplitude de cet effet serait aussi d’autant plus important que le conditionnement et\ou les attentes thérapeutiques sont grandes. (Price et al 1999). Habituellement ce conditionnement à recours à des outils allant de médications orales jusqu’à l’hypnose en passant par toutes sortes de manipulations -au sens large du terme- qui sont soit des traitements donnés soit des autotraitements. Il est clair que dans cette perspective (conditionnement + expectative importante) tous ces moyens peuvent aider et justifient pour leurs adeptes (praticiens et\ou clients) ces differents choix thérapeutiques. Tout dépend là encore de l’habileté du thérapeute à convaincre – et cela commence par le simple examen physique, le ton de la voix le discours et le regard- pour accroître les croyances et les attentes positives du patient. À l’EID l’accent est mis davantage sur les autotraitements qui permettent au sujet de mieux contrôler par lui-même les changements et donc l’amélioration visée. Là en est toute la difficulté puisqu’elle nécessite du thérapeute une capacité de conviction encore supérieure à celle que les autres outils de changement requièrent.